Professor Jean-Michel Gouvard

Contact details

Name:
Professor Jean-Michel Gouvard
Qualifications:
Agrégation de Lettres Modernes, PhD, HDR
Position/Fellowship type:
Associate Fellow
Fellowship term:
01-Jul-2020 to 30-Jun-2025
Institute:
Institute of Modern Languages Research
Home institution:
University of Bordeaux-Montaigne
Location:
Département de Lettres UFR Humanités Université Bordeaux-Montaigne Domaine Universitaire 33607 - PESSAC France
Email address:
jean-michel.gouvard@u-bordeaux-montaigne.fr
Website:
https://jmgouvard.wixsite.com/gouvard

Research Summary and Profile

Research interests:
Language and Literature (French), Literatures in a modern language
Regions:
Europe
Summary of research interests and expertise:
My current research fields are centered on French Literature, from the Second Empire to the post-WWII decades. I work more specifically on Charles Baudelaire, Arthur Rimbaud, Jules Verne, and Samuel Beckett, with a focus on the interactions between literary writing, history, society and culture. I have also a strong interest for Walter Benjamin’s thought and especially his analysis of modernity in the inter-war period.
Publication Details

Related publications/articles:

Date Details
15-Aug-2021 La littérature comme jeu : 'Pourquoi Bologne' d'Alain Farah

Articles

Référence bibliographique

Jean-Michel Gouvard, "La littérature comme jeu : Pourquoi Bologne d'Alain Farah", Australian Journal of French Studies (2021), 58, (2), 178–192.

DOI : https://doi.org/10.3828/ajfs.2021.15

Abstract

This article first outlines the characteristics of Alain Farah’s project in his latest novel, Pourquoi Bologne, in which his auto-fictional narrative develops out of an experimental approach that questions what literature can and cannot achieve. Farah’s writing thereby casts doubt on our capacity to account for the modern world and life in it. In its second part, the article engages in a detailed commentary of two passages in the novel to show how such a conception of literature conditions the use of writing and compositional strategies that create the impression of a game whose outcome is unclear but nevertheless worth playing.

Résumé

Cet article commence par dégager les spécificités du projet littéraire qu’instancie Pourquoi Bologne, le dernier roman d’Alain Farah. Il s’agit d’un récit auto-fictif qui, à travers un travail d’écriture expérimental, interroge les pouvoirs et les limites de la littérature, tout en mettant en doute notre capacité à comprendre le monde moderne, et à se comprendre soi-même dans ce monde. La seconde partie procède à l’analyse détaillée de deux passages du roman, afin de montrer comment cette conception de la littérature impose des stratégies d’écriture et de composition spécifiques qui s’apparentent à un jeu dont le gain reste incertain, mais qui en vaut toujours la mise.

 

10-Aug-2021 Agrégation de Lettres 2022. Tout le programme du Moyen Age au XXe siècle en un volume

Agrégation de Lettres 2022.

Tout le programme du Moyen Age au XXe siècle en un volume,

Editions Ellipses, 2021.

EAN13 : 9782340054691.

Auteurs : Clémence Caritté, Alexis Chabot, Alain Corbellari, Anne Defrance,  Paul-Victor Desarbres, Maria Leone, Adèle Payen de La Garanderie

Coordination : Jean-Michel Gouvard

 

Sommaire :

Anonyme : La Mort du roi Arthur, par Alain Corbellari

Introduction

I. Clôtures et ouvertures de l’aventure arthurienne

     1. La geste d’Arthur

         1. 1. Origines et épanouissement de la matière de Bretagne

         1. 2. Le Lancelot-Graal

          1.3. Des suites multiples

     2. Un livre en quête d’auteur

         2. 1. L’anonymat de la prose

         2. 2. Signatures imaginaires

         2. 3. Le profane et le sacré

     3. Aspects éditoriaux

         3.1. Manuscrits et imprimés

         3. 2. Éditer La Mort Artu

         3. 3. Le programme iconographique

II. Les grandes lignes structurelles

     1. Le « nouveau roman » du XIIIe siècle

         1. 1. L’entrelacement

         1. 2. L’enchaînement des phrases

         1. 3. L’expression des sentiments

     2. Les amours de Lancelot et de Guenièvre

         2. 1. La tristanisation du couple Lancelot-Guenièvre

         2. 2. La passion Mordred

         2. 3. Le seigneur des Îles lointaines

     3. Le système des personnages

         3. 1. Les épitaphes

         3. 2. Jeux de noms et de lettres

         3. 3. Les relations familiales

III. Aperçus thématiques

     1. L’univers féodal

         1. 1. Les tournois

         1. 2. Les lois de la guerre

         1. 3. La symbolique de l’écu

     2. L’héritage celtique

         2. 1. Barques mystérieuses

         2. 2. Le sort d’Excalibur

         2. 3. Mythologies animales

     3. Déchiffrer les signes

         3. 1. Le pouvoir des choses

         3. 2. La chambre aux images

         3. 3. Le rêve

Conclusion

Sujets de dissertation

Bibliographie sélective

 

Joachim du Bellay : Les Regrets, Les Antiquités de Rome, Le Songe , par Paul-Victor Desarbres et Adèle Payen de La Garanderie

Introduction

I. Genèses

     1. Vie de Joachim Du Bellay Angevin

         1.1. Mélancolie et rêveries d’enfance (1522-1547)

         1.2. La rencontre avec Ronsard et les débuts de la Brigade (1547-1549)

         1.3. La Défense et les œuvres de jeunesse (printemps 1549)

         1.4. Le pétrarquisme et les premiers succès (1549-1553)

         1.5. Du Bellay à Rome : fécondes désillusions (1553-1557)

     2. La conception des recueils romains

         2.1. Chronologies

         2.2. Contextes politiques

     3. Description succincte des recueils au programme

         3.1. Les Regrets

         3.2. Les Antiquités

         3.3. Le Songe

II. L’esthétique de la varietas : les « masques de Joachim Du Bellay »

     1. L’encre de la mélancolie

         1.1. « Je n’écris point d’ardeur » (R., s. 21) : froideur et inspiration

         1.2. Sous le signe de Saturne : un style lent ?

         1.3. Chanter, enchanter : un poète en quête de douceur

     2. Variations sur la satire et le rire

         2.1 Des pleurs au rire

         2.2 Héritage de la satire horatienne

         2.3 Les épines dans le miel

              2.3.1 Fureurs

              2.3.2 Le modèle épigrammatique : de Martial à la pasquinade

         2.4 La poésie burlesque italienne

         2.5 Le ris sardonien

     3. Adresses, apostrophes, incantations : l’élaboration d’une sociabilité fictive

         3.1. La logique épistolaire des Regrets

         3.2. Pouvoirs de la poésie dans les Antiquités et le Songe

         3.3. Une nouvelle poésie d’éloge

              3.3.1. Marguerite

              3.3.2. Le poète et le roi

              3.3.3. Prophétie d’un âge d’or

III. Joachim Du Bellay : un poète en quête de lieux

     1. Une « poésie du refus » (F. Rigolot)

         1.1. Le choix de « petits sujets »

         1.2. Une « fable moisie » : imitation et mythologie

         1.3. La recherche de l’humilité

     2. Une « poésie du déplacement » (O. Millet)

     2.1. L’écriture en mouvement

         2.2. Pétrarque converti

         2.3. Négocier une nouvelle place

     3. Les paradoxes romains : espoirs, désillusions et méditations

         3.1. Vestiges et érudition

         3.2. Donner à voir la ruine

         3.3. « Rebâtir au compas de la plume » (A., s. xxv) : ambiguïté des monuments

En guise de conclusion

Sujets de dissertation

Bibliographie sélective

 

Charles Perrault, Contes en prose ; Mme D'Aulnoye, Contes de fées par Anne Defrance

Introduction

I. Charles Perrault – Marie Catherine d’Aulnoy. Biographies et contextes

      1. Stratégies familiales et engagement personnel : des Perrault à Charles Perrault

            1.1. Un élève doué et bien entouré

            1.2. Une brillante carrière administrative

            1.3. L’académicien

            1.4. Disgrâce publique et soucis familiaux

            1.5. Charles Perrault, polygraphe et chef de file des Modernes

      2. Marie-Catherine d’Aulnoy

            2.1. Une jeunesse mouvementée, entre scandale et mystère

            2.2. Le succès de la romancière et conteuse

II. Le conte. Histoire et définitions

      1. Conte et fable

      2. Conte et mythe

      3. Conte et nouvelle : ancêtres et modèles

      4. Des origines populaires et/ou littéraires à une tentative de définition

      5. Comment définir le conte de fées de la fin du XVIIe siècle ?

      6. Le conte de fées au tournant du XVIIe et du XVIIIe siècle :  phénomène de mode ou révolution littéraire ?

      7. Contes galants, contes précieux

III. Les Contes de Perrault et d’Aulnoy. Analyse et problématiques

      1. Les contes de Perrault

            1.1. Les contes en vers 

                  1.1.1. La Marquise de Salusses ou la Patience de Griselidis, nouvelle 

                  1.1.2. Les Souhaits ridicules, conte

                  1.1.3. Peau d’Âne, conte (fin 1693 ou début 1694)

                  1.1.4. La préface des contes en vers : un texte-charnière entre les deux recueils.

            1.2. Les contes en prose : une stratégie éditoriale collectivement agencée

            1.3. Culture savante ou tradition populaire ? Un dilemme obsolète

            1.4 Une stratégie intertextuelle et intermédiale

            1.5. Naïveté, merveilleux, esprit d’enfance

            1.6. La voix mondaine et l’esthétique galante

            1.7. Morale, moralités

      2. Les contes d’Aulnoy

            2.1. Une conteuse prolixe

            2.2. La naissance du conte de fées français

            2.3. L’insertion des contes dans les recueils : une composition rococo

            2.4. Dispositifs de validation et plaisir du seul divertissement

            2.5. Moralités, idéologie

            2.6. Mythologie et modernité

            2.7. Fantaisie, inventivité verbale, gaité et merveilleux

Conclusion

Sujets de dissertation

Sujets de leçon

Bibliographie sélective

 

Jean-Jacques Rousseau, Julie ou La Nouvelle Héloïse par Maria Leone

I. Eléments biographiques et présentation du contexte d’écriture et de publication de la Julie

     1. Qui est Rousseau en 1761, année de publication de la Julie ?

         1.1. Eléments biographiques

         1.2. Avant 1761 : la formation et la montée en puissance d’un « auteur à succès » et d’un « brillant penseur »

         1.3. 1761-1762 : La Julie, l’Emile et le Contrat Social, l’Essai sur l’Origine des Langues, l’« auteur » se révèle véritablement

     2. Présentation du contexte d’écriture et de publication de la Julie

         2.1. Le projet

         2.2. Les différents facteurs d’une défaillance communicationnelle

         2.3. 1762-1778 : de l’exil à la dernière demeure du « promeneur solitaire »

II. Formes, structures et interprétations

     1. Julie ou la Nouvelle Héloïse : un roman philosophique et (ou ?) un roman d’amour ?

         1.1. Un roman philosophique

         1.2. Un roman d’amour

         1.3. Du statut philosophique de la fiction chez Rousseau 

         1.4. La spécificité philosophique de la Julie

              1.4.1. La Julie et l’Emile

              1.4.2. La Julie et le Contrat Social

     2. Passion et morale

     3. « Julie ou l’inoculation de l’amour »

         3.1. Le « mécanisme » de la passion amoureuse

         3.2. La lettre III, 18 ou le « changement de paradigme »

         3.3. La quatrième partie ou la fausse régénération/fausse guérison des amants

              3.3.1. Le matérialisme du sage

              3.3.2. L’effacement de la mémoire

         3.4. Un roman en quatre ou six parties ?

              3.4.1. La dimension musicale de l’œuvre

              3.4.2. Détournements de l’amour et de son imaginaire

         3.5. Conclusion sur la métaphore de l’inoculation

     4. « Julie ou l’anamorphose : monstrueuse difformité et beauté bien proportionnée »

         4.1. L’anamorphose et les points de vue

         4.2. L’articulation du « voir » avec le « dire » : l’optique-rhétorique de Julie, Wolmar et Saint-Preux

         4.3. Une problématique de lecture de l’Elysée

         4.4. Un « monde-miroir du réel »

III. La question du paratexte et des « appendices ». Les interprétations du roman

     1. Les préfaces, les notes, les « aventures de Bomston », les « sujets d’estampes »

         1.1. Le titre : La Julie

         1.2. Le sous-titre

         1.3. Préfaces et paratexte

         1.4. L’objet livre

     2. Les interprétations du roman

         2.1. Jean Starobinski, Jean-Jacques Rousseau : la transparence et l’obstacle. Suivi de sept essais sur Rousseau, TEL Gallimard, 1971

         2.2. Claude Labrosse, Lire au 18e siècle. La Nouvelle Héloïse et ses lecteurs, 1985

         2.3. Laurence Mall, Origines et Retraites dans La Nouvelle Héloïse, Coll. « Eighteenth-Century French Intellectual History », 1997

         2.4. Yannick Séité, Du livre au lire. La Nouvelle Héloïse. Roman des Lumières, H. Champion, 2002

         2.5. Julie ou La Nouvelle Héloïse : Rousseau inventeur du « roman théâtral »

               2.5.1. Les rôles du spectateur et de l’acteur

               2.5.2. La notion de « scènes »

               2.5.3. La volonté d’agir sur le lecteur

Sujets de dissertation

Bibliographie sélective

 

Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac par Clémence Caritté

I. Edmond Rostand, auteur d’une seule œuvre ?

     1. Un poète nous était-il vraiment né ?

     2. Succès phénoménal à la Porte Saint-Martin

     3. Cyrano de Bergerac, deuxième pan d’un diptyque ou dernier volet d’une trilogie ?

         3. 1. Le patron de La Princesse lointaine

         3. 2. Parentés thématiques avec La Samaritaine

     4. Un héros aux origines aussi multiples que lointaines

         4. 1. Le poète musard

         4. 2. Le « Coq »

         4. 3. Pif-Luisant

         4. 4. Savinien

II. Lignes de force, pierres angulaires et figures de proue

     1. Structure et rythme de l’œuvre : le nez et le panache

         1. 1. Une histoire de nez

              1. 1. 1. Le nez, moteur et frein de l’action

              1. 1. 2. Le nez au centre d’un système d’attraction-répulsion

         1. 2. Un héros empanaché

              1. 2. 1. L’identité cyranesque

              1. 2. 2. Cadence imposée au héros comme à la pièce

     2. L’acte III, acte nodal, assorti de sa scène-pivot, le Balcon

         2. 1. L’acte III, acmé de la malice

         2. 2. Modèles autobiographique et shakespearien pour le Balcon

         2. 3. Un épisode aux frontières de l’opéra et de la com(m)edia

     3. Zoom sur Roxane : Précieuse ridicule ?

         3. 1. Roxane, quintessence d’une Précieuse historique caricaturée

         3. 2. Tentative d’émancipation et d’ascension

     4. Tisser des liens entre les personnages

         4. 1. Des personnages de comédie

              4. 1. 1. Des personnages unis par l’amour

              4. 1. 2. Des personnages unis par le mariage

         4. 2. Les tendres amis Astrée et Céladon

              4. 2. 1. Un amour sublimé

              4. 2. 2. Les deux visages de Céladon

              4. 2. 3. Amour et Amitié ou l’union de la galanterie et de la préciosité

         4. 3. Cyrano et Roxane, héros de contes

              4. 3. 1. Riquet à la houppe

              4. 3. 2. La Belle et la Bête

              4. 3. 3. Pinocchio et sa marraine bonne fée

III. La recherche du spectacle esthétique

     1. L’art de la scène selon Edmond Rostand : vers un théâtre idéal et total

         1. 1. Théâtre de marionnettes

              1. 1. 1. Cyrano marionnette

              1. 1. 2. Cyrano marionnettiste

         1. 2. Jeux de cirque

              1. 2. 1. Une structure dramatique de type circassien

              1. 2. 2. Un Cyrano clownesque

         1. 3. Opéra-ballet

              1.3.1. Opéra ou symphonie ?

              1. 3. 2. Un intérêt porté à l'occupation de l'espace scénique : la question de la danse

     2. Un théâtre de la performance

         2. 1. Le nez-masque

         2. 2. Monstration et mise en scène ou le retour à un théâtre des origines

Sujets de dissertation

Bibliographie sélective

 

Jean-Paul Sartre, Le Mur par Alexis Chabot

I. Sartre et la littérature : à la recherche de l’écrivain

     1. La difficile émergence d’un écrivain

     2. Style, roman, littérature

     3. L’engagement, une certaine idée du langage

     4. Le Mur dans l’œuvre littéraire sartrienne

         4.1. Genèse et publication

         4.2. Les ambivalences de la critique

II. Un drame en cinq actes

     1. La question de l’unité

     2. « Le Mur »

     3. « La Chambre »

     4. « Érostrate »

     5. « Intimité »

     6. « L’Enfance d’un chef »

III. Hantises sartriennes

     1. La séquestration

     2. Le corps

     3. Le Salaud

     4. De Père en Fils

Sujets de dissertation

Bibliographie sélective

Notices biographiques et bibliographiques sur les auteur.e.s

 

Responsable : Jean-Michel GOUVARD

Url de référence :
https://www.editions-ellipses.fr/accueil/13685-agregation-de-lettres-2022-tout-le-programme-du-moyen-age-au-xxe-siecle-en-un-volume-9782340054691.html#description-scroll-tricks

04-Jun-2021 L'imaginaire de la Commune dans 'Les 500 Millions de la Begum'

Conference papers

Cette communication porte sur l'inscription de l'imaginaire de la Commune et, en particulier, de sa répression, dans "Les Cinq Cent Millions de la Begum". Ce roman est signé du nom de Jules Verne, mais l'univers fictif et l'imaginaire sont de Paschal Grousset, qui est l'auteur de sa première version, intitulée L'Héritage de Langévol, un journaliste aux sympathies socialistes, qui participa activement au soulèvement parisien.

02-Jun-2021 Verlaine bizarrement moderne

Articles

ABSTRACT – Scrutinizing the young Verlaine’s correspondence and reviews of his first collections shows that, for the majority of critics, Verlaine’s language, verse, and style clashed with their notion of poetry, as if the poet were writing not with but against it—or at least against their academic grasp of it. But if this rejection of the conventions of his time makes his poetry “bizarre” or “affecté,” it is also what makes it modern. KEYWORDS – Paul Verlaine, French language, Poëmes saturniens, Fêtes galantes, cultural history, reception, versification, poetics

06-Jan-2021 Rimbaud oisif. Autour de la liasse “M” du Livre des passages de Walter Benjamin

Articles

Abstract: In 1870, the words « oisif » or « oisiveté » do not appear in Rimbaud’s poetry, but idleness is nonetheless an underlying topic of this period, with a political significance. Indeed, in light of Walter Benjamin’s considerations on idleness, in the Arcades Project, I demonstrate that to be idle does not mean to do nothing, what reflects a bourgeois point of view, but it leads to claim poet’s insignificance as a new reference value.

04-Sep-2020 Uchronie biographique : et si Beckett n'avait jamais connu Godot ?

Journal articles

« Uchronie biographique : et si Beckett n'avait jamais connu Godot ? », site ActuaLitté, 4 septembre 2020, https://actualitte.com/article/culture-arts-lettres/uchronie-biographique-et-si-beckett-n-avait-jamais-connu-godot/102395.

01-Jul-2020 Le poème en prose et l'art de la subversion : Le Spleen de Paris de Charles Baudelaire

Articles

« Le poème en prose et l'art de la subversion : Le Spleen de Paris de Charles Baudelaire », in Kemal Feki et Moez Rebai (éds), Les Ecritures subversives. Modalités et enjeux, Paris, L'Harmattan, collection "Au cœur des textes", 2020, pp. 235-253. Résumé: Dans Le Spleen de Paris, Charles Baudelaire procède à une critique en règle du Paris du Second Empire, tout en décrivant les conditions nouvelles qui sont faites à l’artiste dans le monde moderne. Le regard sans concession qu’il porte sur ses contemporains se traduit par deux procédés distincts ; l’un consiste à jouer la carte de la provocation, en prêtant à ses personnages des comportements paradoxaux ; l’autre vise à subvertir les certitudes du lecteur en laissant l’interprétation du texte ouverte. En étudiant des exemples précis, cet article montre comment cette stratégie est intimement liée au genre même du poème en prose, qui était alors encore à inventer : la forme brève et prosaïque de ses textes, tout comme certains traits journalistiques de leur écriture, fonctionnent comme un camouflage, grâce auquel les « petits poèmes » s’infiltrent dans la « vie parisienne », et la mine de l’intérieur, en allant porter leur message subversif auprès d’un public qui, sans ce subterfuge, ne les aurait peut-être jamais lus.

01-Apr-2020 Jouer Beckett/Performing Beckett

Edited Book

This special issue is a tribute to four study days held at the Université de Bordeaux Montaigne (France) and the Institute of Modern Languages Research (UK) in 2017.19 The study days brought together academics and theatre practitioners to consider the extent to which the reception of a playwright’s work is determined by the performance conditions in the country where such work is performed. The bilingual nature of this forum for research is reflected in the fact that this special issue includes contributions in French and English.

01-Mar-2020 Le poème en prose et l'art de la subversion : 'Le Spleen de Paris' de Charles Baudelaire

Articles

« Le poème en prose et l'art de la subversion : Le Spleen de Paris de Charles Baudelaire », in Kemal Feki et Moez Rebai (éds), 'Les Ecritures subversives. Modalités et enjeux', Paris, L'Harmattan, collection "Au cœur des textes", 2020, pp. 235-253. 'Le Spleen de Paris' est considéré comme l’un des tout premiers recueils de poésie en prose de la littérature française, et le sous-titre Petits poëmes en prose tend à présenter le « genre » ou la « forme » ainsi désignée comme un référent établi, qui permettrait une catégorisation immédiate du recueil pour le lecteur contemporain de Baudelaire. Or, il n’en est rien car, contrairement à une idée un peu trop vite reçue, le « poème en prose », à la charnière des années 1850-1860, n’a aucun contour bien défini, que ce soit en tant que forme, à laquelle serait associée tel ou tel procédé de composition, ou en tant que genre ou catégorie esthétique. C’est, à l’époque, un mode d’expression qui n’a été employé que très ponctuellement par quelques auteurs, sans que l’on puisse observer de l’un à l’autre une quelconque unité dans les procédés et les intentions. L’objectif de cet article sera de montrer, à travers l’étude de diverses modalités de composition, que, si Baudelaire adopte le poème en prose pour écrire les textes qui seront réunis dans Le Spleen de Paris, c’est justement parce que ce mode d’expression demeure flou et marginal, « informe », au sens propre du terme, et qu’il s’adaptait ainsi idéalement aux intentions subversives qui sont sous-jacentes au projet même du recueil, et qui, d’un poème à l’autre, esquissent une critique à la fois virulente et amère de la société du Second Empire.

01-Feb-2020 Le zombie tatoué. Une passion post-moderne

Articles

Rick Genest s’est suicidé le 1er août 2018, chez lui, à Montréal. Plus connu sous le nom de Zombie Boy, son corps était presque entièrement recouvert de tatouages qui lui donnaient l’apparence d’un mort vivant. Il était très populaire au Canada et aux Etats-Unis, et sa mort a suscité une vive émotion que les journaux ont expliquée en suggérant que ce jeune homme avait paru réaliser le destin auquel il s’était lui-même condamné, en le gravant sur sa peau. Peut-être fut-ce sa façon à lui de gérer la pulsion de mort qui le tourmentait, et retarda-t-il l’heure de son suicide en peignant sur son corps cette décomposition de sa chair et de ses entrailles qu’il cherchait à exorciser chaque matin devant son miroir – ou bien à laquelle il aspirait peut-être, pour se libérer d’une vie dont il ne savait que faire malgré sa popularité et ses succès médiatiques. Cette fin est à proprement parler « tragique », puisqu’elle semble avoir été annoncée par celui-là même qui allait en être la victime, sans qu’il en eût vraiment conscience, et elle ne fit qu’ajouter force compassion à la fascination que le personnage suscitait déjà de son vivant, le cliché romantique du jeune homme sensible à qui tout finit par réussir mais que cette réussite ne satisfait pas provoquant toujours une vive empathie de la part du public. De telles explications, qui associent psychologie et sociologie collectives, ont certainement leur raison d’être, mais l’attrait que suscita Zombie Boy, vivant ou mort, a aussi une tout autre cause. Rick Genest a fasciné les foules, et particulièrement les plus jeunes générations, parce qu’il incarnait, au sens propre du terme, deux phénomènes culturels qui se sont largement répandus dans la société depuis une vingtaine d’années, le zombie et le tatouage.

01-Jan-2020 Rimbaud, Brecht, Benjamin : Une 'histoire splendide

Articles

RÉSUMÉ – Cette étude s’appuie sur les conversations que W. Benjamin eut avec B. Brecht à propos de Rimbaud et du Bateau ivre. Elle vise à comprendre pourquoi le poète français a retenu l’attention du philosophe allemand, par la mission qu’il assignait à l’artiste et la vision de l’histoire qui était la sienne. À l’instar de la critique du surréalisme, la poésie de Rimbaud constitua pour Benjamin une étape importante pour penser la société de son époque, tout en confortant ses thèses sur l’histoire.

01-Nov-2019 Samuel Beckett lecteur de L’Etranger

Articles

« Samuel Beckett lecteur de L’Etranger », Irish Journal of French Studies, Volume 19, 2019, pp. 186-206. Dans sa première partie, cet article reprend les méthodes propres à l'histoire littéraire afin d'établir, sur la base de données factuelles, que Samuel Beckett avait lu et appréciait L'Etranger d'Albert Camus. Mais, comme l'expose une seconde partie, cet intérêt qu'il porte au roman se traduit également dans l'écriture même de plusieurs scènes de Molloy, le premier roman de la trilogie que Samuel Beckett commence à rédiger en 1947, et qui l'occupera jusqu'en 1949. En menant en parallèle l'étude textuelle de certains passages de Molloy et de trois extraits de L'Etranger, l'incipit, la scène du meurtre, et le premier entretien avec le juge d'instruction, nous montrerons que l'oeuvre de Beckett comporte des choix lexicaux et syntaxiques ainsi que certains motifs qui lui ont été directement inspirés par le roman de Camus. Au fur et à mesure que se précisera la nature et la forme du dialogue entre les deux oeuvres, il apparaîtra que si celui s'est instauré, c'est parce que Beckett voyait dans L'Etranger un roman qui recoupait en partie ses propres choix esthétiques de l'immédiate après-guerre.

Research Projects & Supervisions

Current PhD topics supervised:

Dates Details
From: 01-Sep-2020
Until:
Double Travesty of Female Novelists: Privatisation of Urban Spaces in 19th-Century France

This study raises socio-political and socio-cultural issues that had an adverse impact on the careers of French female novelists in the nineteenth century. Through their writings, these writers addressed challenges that women faced on a daily basis, with the intention to bring awareness and claim civil freedom. Therefore, their mission was not only to acquire ownership and credibility for their works, but also to incite a reform in the cultural practices of flânerie, so as to eliminate gender disparity in urbanized cities and within the literary system. They found it essential to sensitize their communities in order to encourage the resilience and talent development of artists, which is a fundamental approach to ensure the production of works beneficial to the advancement of the literary field.

Relevant Events

Related events:

Date Details
16-Jun-2021 L'expérience chez Walter Benjamin

L'expérience chez Walter Benjamin Une journée d'étude en ligne - Vendredi 18 juin 2021 - 10h-16h Université de Bordeaux Montaigne - Centres S.P.H. et TELEM Organisation : Judith Bordes, Jean-Michel Gouvard, Sylvia Kratochvil 10 h - 10 h 15: Présentation 10 h 15 - 11 h: Judith Bordes (Bordeaux), Mutation de l'expérience et mutation de l'ennui chez S. Kracauer et W. Benjamin 11 h 15 - 12 h: Philipp Nolz (Toulouse), L'autre scène de la marchandise - le temps présent comme expérience ratée dans Rue à sens unique de Walter Benjamin 12 h - 14 h : Pause 14 h-14 h 45 : Francisco Camêlo (Brésil), Une visite chez la tante Lehmann: sur l'expérience de l'enfance chez W. Benjamin 15 h-15h 45: Sylvia Kratochvil (Bordeaux), L'expérience comme ellipse - la figure du prémonde (Vorwelt) chez Benjamin Pour assister à cette journée d'étude en ligne, merci de contacter Sylvia Kratochvil : sylvia.kratochvil@googlemail.com

11-Feb-2021 Lydia Davis, Writing, Reading and Translation | Lydia Davis, écrire, lire et traduire

Winner of several literary prizes, including the Man Booker International in 2013, Lydia Davis is today recognised as one of the most innovative New York writers of the last few decades. Specialising in flash fiction, the writing of very short stories with no more than a few sentences, Davis has mastered a literary genre that originates in ancient fables and parables but that is also very popular in American literature. Her tales originate in what Emily Eells calls ‘intertextes’, the writer starting by playing with language, from some words overheard or a striking sentence she read. From this, Davis develops highly original and singular stories – or, perhaps, better to speak of snapshots, depictions, or sketches. Reflections of the ever-changing modern society we live in, Davis’ experiments in form allow her to question the way people perceive and interpret each other’s words and actions. Davis is especially interested in the difficulties men and women encounter in understanding one another, and in the way gender clichés and prejudices lead to such misunderstanding. An abiding interest in intercultural exchanges and problems of communication partly explains Davis’ enduring dedication to translation. Translator of some of the most prominent French writers of the 20th century – Marcel Proust, Gustave Flaubert, Pierre Jean Jouve, Maurice Blanchot and Michel Leiris – Davis’ own approach to literary writing is heavily rooted in the practice of careful reading and translation. Indeed, the way Davis deals with situations and narrative processes appears to be directly influenced by her engagement as a translator of these French writers. Her interest in feminism has also led her to translate Françoise Giroud’s biography, Marie Curie: A Life, a work which inspired her story ‘Marie Curie, So Honorable Woman’. And, more recently, at the dawn of the 21st century, she offered two remarkable translations of Proust’s Swann's Way and Flaubert’s Madame Bovary to the American market – which is unsurprising given that many of her own short stories sound as ironical as both of these writers, in particular the way she deals with situations and narrative processes. Reading literature and reading the world (where ‘reading’ can be understood as ‘interpreting’ or ‘translating’), writing and translation are contiguous and intersecting in Davis’ approach to literature. The aim of this conference is to explore Davis’ strong interest in intercultural exchange, the problems of communication and translation – and the creative dynamics they initiate and sustain.

20-Jan-2021 Jules Verne, entre utopisme et bourgeoisie

Guest star of the literary broadcast "Tu m'en liras tant" on RFC Belgium. To podcast it, follow the internet link. Invité de l'émission "Tu m'en liras tant", sur RCF Belgique. Podcast disponible en suivant le lien sus-indiqué.

07-Oct-2020 Célébration de l'alexandrin - Exercice d'amour du vers de douze pieds

Keynote speaker on a French radio programme, "Célébration de l'alexandrin - Exercice d'amour du vers de douze pieds" (France Culture). Please, follow the link for further details.

18-May-2020 Samuel Beckett et la Guerre d’Algérie/Samuel Beckett and the Algerian War

In her book, 'Beckett’s Political Imagination', Emilie Morin notes how, by the end of the 1950s, Samuel Beckett had become aware of the actions of the French army in Algeria and, among other things, its established practice of torture. This talk will build on Morin’s work by demonstrating how Beckett’s knowledge of these practices deeply influenced his writing of Comment c’est (1961) [How it Is], which has strong intertextual links with Henri Alleg’s 'La Question' (1958) [The Question], one of the most important testimonies on torture in Algeria ever published. It will be argued that it is possible to reread 'Comment c’est' as a coded denunciation of French colonial policy, and that this is one of Beckett’s most ‘committed’ texts.

09-May-2020 Walter Benjamin and The task of the translator

Walter Benjamin worked several times on “The Task of the Translator” at the end of the 1910s and at the beginning of the 1920s, before publishing it in 1923, as a Preface to his translation of Baudelaire’s "Parisian Scenes". Almost a century later, his article is still mentioned as a reference in translation studies, but to understand it we have to link it with Benjamin’s philosophical thought, and especially with his conception of language, perception and knowledge at this early period of his career – otherwise risk misunderstanding the specificities of his proposals, and reducing them to mere common-sense rules.

12-Dec-2019 Walter Benjamin and the 19th century Today

Walter Benjamin is one of the most prominent European philosophers, writers and commentators of the interwar period. Today, in the early 21st century, his work is more influential than ever and available in translation across a wide range of languages – not only his essays and articles, but also his literary texts, his correspondence, and countless notes and drafts. Among the numerous fields he investigated, his understanding of the 19th century and his conceptualization of the closely related concept of modernity are undoubtedly among his most significant achievements, although he never completed his Magnum Opus, The Arcades Project. Assuming with him and Michelet that “every epoch dreams the one to follow”, the time has come, nearly eighty years after his death, to review the way scholars think about the 19th century today in light of his work – and this includes critical approaches that takes issue with his ideas. The conference theme can thus be formulated in a more Benjaminian way: its “subject matter” will be to study the echoes today of how the 19th century dreamt its own future.

10-May-2019 Jules Verne and the Nineteenth Century in light of Walter Benjamin

Jules Verne’s work is often presented as a pleasant set of adventure novels, with a travel-guide aspect and a more or less scientific background. But this lecture offers another approach to Verne’s "Extraordinary Voyages", in light of some Walter Benjamin’s proposals. Jules Verne was a middle-class writer, fed with common bourgeois ideology, and his novels reflect the way the French society he was living in “dreamt its future”, to paraphrase Benjamin’s words, especially in Verne’s never-ending dialog about prospective science, or his numerous descriptions of landscapes and machineries. In brilliant stories, the writer echoes the anxiety of a society shared between the attractive promises of science, progress and industry, and an inextinguishable fear that the promise land might collapse in a final apocalypse. It is the coexistence of these two contradictory tendencies that defines Jules Verne’s “modernity”.

09-May-2019 Beckett and Translation

Before being his own translator, Samuel Beckett translated many texts in English from French, Italian, or Spanish and, among them, many recent French poems, from Rimbaud’s "The Drunken boat" to surrealist poetry. In this workshop, we will compare French original versions of Rimbaud’s and Eluard’s poems with Beckett’s translations, with a special attention to versification, rhythm and musicality.

08-May-2019 Baudelaire and the Second Empire

With his uncompleted "Paris Spleen", whose writing was interrupted by illness and a soon coming death, Baudelaire made a last attempt to reflect upon the situation of the artist in society of the Second Empire, “in the age of high capitalism”, to quote the famous – but also problematic, as we will see – phrase by Walter Benjamin’s. Following Marc Berdet’s proposal, what Baudelaire did in his prose poems could be compared to a ragman’s work, the poet collecting wastes of the Napoleonian Paris to reveal the true face of the society he is living in. But metaphorical rags of the 19th century are not only objects, places or monuments, they are also people living on the margins of society, and especially female figures as comedians, prostitutes, lesbians, black women, freaks, whose shadows haunt the Paris of Baudelaire – which will lead us to reevaluate women’s role in his work.

12-Oct-2017 Jouer Beckett/Performing Beckett

To what extent is the interpretation of a playwright’s works determined by the performance conditions in the country where they are performed? Four study days held in Bordeaux and London address this question in relation to Samuel Beckett, whose plays reveal different qualities depending on whether they are staged in France or in the UK. They evaluate the influence of cultural intermediaries on the reception of his bilingual oeuvre through analysis of the following elements: directorial customs, actor training and acting practices, theatre management, institutional financial and material resources, touring networks, and audience demographics. Research papers will help will help participants identify and compare different factors at play in the critical (and staged) readings of Beckett’s plays in France and the UK, which may influence how the work is perceived.

Back to top